Catégories
Billets Entretiens

Rencontre avec Sandrine Antoine, le renfort de l’INIST sur Calenda

Depuis février 2022, dans le cadre de son partenariat de plusieurs années avec l’Institut national pour l’information scientifique et technique (INIST), OpenEdition a lancé un appel aux bonnes volontés pour assister l’équipe de Calenda dans ses tâches de mise en ligne des événements. Sandrine Antoine, qui travaille à l’INIST depuis 1999, s’est portée volontaire et apporte désormais son appui, à distance, à l’équipe du calendrier. Sa visite dans les locaux marseillais d’OpenEdition en octobre 2022, a été l’occasion de revenir sur son parcours et plus généralement sur le rôle de validatrice scientifique sur Calenda.

Peux-tu te présenter ainsi que ton service au sein de l’INIST?

Directrice de centre aéré à l’INRA (NDLR : Institut national de la recherche agronomique), j’étais dans l’animation auprès d’enfants depuis plusieurs années lorsque j’ai intégré le CNRS par concours en tant que magasinière de bibliothèque. J’ai occupé ce poste à l’INIST de 1999 à 2003. Ensuite, j’ai travaillé au bulletinage, opération qui consiste à référencer chaque périodique lors de son arrivée pour l’intégrer au système de gestion de bibliothèque (SIGB). 

De 2003 à 2012, j’ai pris en charge la gestion des revues de deux agences d’abonnement : Ebsco et Lavoisier. J’ai notamment assuré le suivi des réclamations par le biais de notre système de gestion, ou directement sur la plateforme des fournisseurs.

Après la restructuration de l’INIST, mon service a été scindé en deux et de nouvelles activités m’ont été confiées, comme le catalogage des thématiques qui consistait en la création de notices à analyser par les ingénieurs documentalistes pour enrichir les bases de données.

Suite à l’arrêt des abonnements papiers et à l’évolution de nos métiers, j’ai rejoint en 2016 le service édition numérique. Le service HAL CNRS et Édition numérique de l’INIST est constitué de 12 personnes dédiées soit à la plateforme HAL, soit à l’édition numérique. 

J’ai participé à la mise en ligne de différentes revues (Déchets, Sciences & Techniques, Pollution atmosphérique, Climatologie) dans la plateforme d’édition numérique de l’Inist-CNRS aujourd’hui fermée.

J’ai fait une immersion à Persée où j’ai stylé trois collections en glaciologie et vingt-huit numéros de la collection Civitas Europa. J’ai aussi suivi une formation à la chaîne Métopes pour éditer la revue Gallia.

Capture d’écran de la revue Gallia

Au sein du service Édition numérique, nous avons plusieurs partenariats avec d’autres institutions. Notamment, fin 2021, le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) a été lauréat d’un appel à projets du Fond national pour la science ouverte avec MetoSTeM  pour « Méthodes et systèmes pour la transformation numérique des monographies STM » pour lequel l’INIST et l’équipe Métopes sont partenaires, et dans la mise en œuvre duquel je me suis investie en 2022. 

Nous aurons trois revues à traiter. Il va falloir se familiariser avec la taxonomie (classification hiérarchisée des plantes et des animaux), ce qui présente un petit défi de stylage.

Vue du bâtiment de l'INIST à Nancy
Site Jean Zay – Inist-CNRS. Crédit : Speculos (CC BY-SA 4.0)

À quoi ressemble ton travail quotidien ?

Je fais essentiellement du stylage, c’est-à-dire de la mise en page et de la mise en forme de texte. On part d’un PDF brut pour avoir un document propre qui puisse aussi être récupéré à plusieurs endroits avec des métadonnées. Le stylage œuvre à la bonne diffusion des documents.

Actuellement, je m’occupe de la collection Archive et je travaille avec vous sur Calenda. 

Franchement, ça me plaît beaucoup !

Comment as-tu été amenée à travailler avec l’équipe de Calenda et plus généralement OpenEdition ?

Le partenariat entre l’INIST et OpenEdition a été mis en place il y a plusieurs années (depuis 2016) et j’étais d’ailleurs venue à Marseille dans vos locaux à plusieurs reprises pour des formations. Fin 2021, Marie Pellen, la directrice d’OpenEdition, a fait une demande de soutien à l’équipe de Calenda et je me suis proposée. 

Comment décrirais-tu ton travail sur Calenda ?

C’est de la mise en page, du stylage. Ça permet de proposer des événements plus lisibles, plus clairs, plus faciles à consulter et en accès libre. 

Au début, je recevais chaque vendredi une dizaine d’événements ou plus, que je traitais en début de semaine en fonction de mes missions à l’INIST. Maintenant, que je suis un peu plus à l’aise, je traite les événements au fil de l’eau en même temps que l’équipe Calenda.

Je vais plus vite qu’au début, mais comme je suis très habituée au stylage avec des normes importantes, je vais assez loin dans les corrections. 

Interface de validation d'une annonce sur Calenda
L’interface de validation des annonces Calenda. Crédit : Calenda (CC BY 4.0)

Comment situerais-tu tes tâches sur Calenda par rapport à tes autres travaux d’édition numérique ?

Je considère que ça fait partie de mes tâches quotidiennes. Quand je fais du stylage, j’ai le sentiment de créer quelque chose : de partir de quelque chose de flou et de lui donner un rendu cohérent, lisible, pratique et agréable – j’espère – pour la lecture. 

Je préfère traiter les événements Calenda en télétravail car je suis moins interrompue et plus concentrée. Mais c’est parce que c’est tout nouveau pour moi, ça me demande plus de concentration. Je me pose beaucoup de questions, peut-être trop ?

Avais-tu connaissance du travail de validation sur Calenda avant de rejoindre l’équipe ?

Non pas du tout ! En fait, je ne connaissais pas Calenda. Je connaissais seulement OpenEdition.

Comment s’est déroulée ta formation à la validation sur Calenda ? Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer ?

J’ai suivi la formation en visioconférence. J’avoue que la formation en distanciel n’est pas une solution idéale, même si c’était très bien ! Ensuite, j’ai bénéficié d’un accompagnement de Lucie, sous forme de points hebdomadaires lors desquels je lui faisais part de mes questions.

Au début, j’ai été un peu décontenancée de traiter directement les annonces ! J’avais peur de faire des erreurs.

Le plus dur pour moi, c’était d’écrire le résumé quand il n’y en avait pas, ou d’identifier des mots clés. 

Sais-tu combien de temps tu mets, en général, à traiter une annonce ?

Sincèrement, non. Ça dépend beaucoup des événements, mais j’ai tendance à vraiment nettoyer les textes et à y passer du temps. Par exemple, je veille toujours à bien mettre les espaces insécables partout, entre les noms et l’initiale ou les tirets insécables… Avec le temps, tout cela gagnera en fluidité.

Quel est ton type d’annonces préféré ? Et à l’inverse, qu’est-ce que tu aimes moins traiter ?

J’aime bien les colloques et les journées d’étude. Cela permet de faire une bonne présentation propre et nette, c’est satisfaisant.

Après je n’aime pas trop traiter les langues étrangères autres que l’anglais, parce que je les comprends moins bien. Je n’aime pas non plus les annonces incomplètes et pour lesquelles il faut aller chercher les informations dans le PDF, même si j’aime cette idée d’enrichissement de l’information. 

Une fois fini, c’est très gratifiant !

Quelle est l’erreur ortho-typographique que tu ne peux pas t’empêcher de corriger ?

Les insécables ! Les tirets insécables ! Et même quand je lis un livre sur une liseuse et que je vois un mot coupé n’importe comment… c’est presque un sacrilège !

Sandrine derrière son bureau à Nancy
Sandrine en plein travail dans son bureau à Nancy. Crédit : E.Rocklin

Quel a été ton ressenti après ton séjour à Marseille ?

Je tiens d’abord à remercier l’équipe Calenda pour son accueil et sa disponibilité.

Mon immersion dans vos locaux à Marseille s’est très bien passée, j’ai rencontré une équipe sympathique, agréable et dynamique. Cela m’a permis plus d’immédiateté et de réactivité et d’assister à la réunion annuelle des validatrices Calenda.

Et je souligne aussi la petite victoire de mon équipe à la pétanque contre celle de Céline, merci à mes coéquipiers 🏆😄!


Crédit photo de couverture : Photo de Sigmund sur Unsplash



Citer ce billet
Lucie Choupaut (2022, 12 décembre). Rencontre avec Sandrine Antoine, le renfort de l’INIST sur Calenda. Le carnet de Calenda. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6nx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search