Catégories
Autour de Calenda Billets L'histoire

Calenda, histoire d’une innovation discrète pour les sciences humaines et sociales – 2/3

Ce billet est une republication d’un article initialement paru dans la Lettre de l’InSHS n°66 publiée en juillet 2020 à l’occasion du vingtième anniversaire de Calenda. Il est l’occasion pour l’équipe du calendrier de revenir sur l’histoire de cet outil. Nous remercions chaleureusement toutes les personnes ayant pris le temps de le relire et de nous proposer des corrections mais, bien entendu, les erreurs éventuelles restent les nôtres. Pour une lecture plus conforme aux usages du blogging, nous avons découpé cet article en trois partie. Vous trouverez dans ce billet la deuxième partie.

Début des années 2010 : une logique d’archive des événements en sciences humaines et sociales

À partir de 2012 et après une période de croissance, le nombre d’événements suggérés tous les ans se stabilise et devient régulier (entre 4000 et 5000 par an). Ainsi, en 2015, Calenda publie son 30 000e événements ! Chacun de ces événements est associé à une URL pérenne, courte et facilement citable. Il n’y a pas de dépublication. Les appels à contributions sont clairement distingués des colloques auxquels ils donnent lieu. Ces éléments auxquels s’ajoutent la masse critique d’événements atteinte contribuent à l’émergence d’une troisième fonction du calendrier. En effet, si au départ, Calenda répondait à une logique d’information et de communication scientifiques, le calendrier s’inscrit aussi désormais dans une logique d’archive et de mémoire de la vie en sciences humaines et sociales. L’exploration du calendrier et des événements à venir et passés pourrait permettre de répondre à de nombreuses questions sur les dynamiques à l’œuvre dans les sciences humaines et sociales. Quelles sont les thématiques et champs de recherche émergents ? Quelles sont les disciplines les plus représentées ? Quelle est la place de l’interdisciplinarité ? Où ont lieu les événements scientifiques ? etc.

C’est donc aujourd’hui plus de 20 ans d’événements accumulés qui sont disponibles à l’analyse avec, en dépit d’un tropisme français important, la mise en ligne de nombreux événements ayant lieu hors de France.

Multilinguisme et internationalisation : un enjeu structurant des dix dernières années

Calenda connaît en 2012 un tournant décisif en se dotant d’une nouvelle interface plus ergonomique, enrichie d’un moteur de recherche à facettes pour faciliter la navigation. Calenda devient également une plateforme multilingue. La navigation est désormais disponible en trois langues : anglais, français et portugais (auxquelles s’ajoutent l’allemand et l’espagnol en 2019) tandis que les événements peuvent, eux-mêmes, être publiés dans quarante langues différentes. Début 2020, 49% des événements publiés sur Calenda depuis sa création ont, de la sorte, une langue secondaire autre que le français (principalement l’anglais, l’allemand, le portugais, l’espagnol et l’italien). Le multilinguisme sur Calenda trouve ses appuis à la fois dans la composition de son équipe dont plusieurs validateurs et validatrices sont bilingues et parfois même polyglottes. Mais il bénéficie aussi d’une dynamique d’internationalisation interne au Cléo qui développe, au début des années 2010, plusieurs « projets pays » en particulier en direction du Portugal. 

La mise en pratique d’une ouverture et d’une diversité linguistiques sur Calenda devient un facteur d’accélération d’une évolution déjà constatée, celle d’un rayonnement de la plateforme bien au-delà du territoire français. Ainsi, depuis la création du calendrier, environ 22% des événements publiés sur Calenda ont lieu hors de France (Cf Rapport d’activité d’OpenEdition 1999-2019, p.13). 

Fait notable, ces dernières années ont vu un usage croissant du calendrier dans les pays du Sud et en particulier dans les pays africains francophones. Le nombre de visiteurs provenant de ces pays a augmenté de 50% entre janvier 2018 et septembre 2019 et ont représenté l’année dernière 20 % des visites (environ 120 000 visites sur un total de 600 000) avec le Maroc, l’Algérie et le Cameroun en tête des visites sur cette même période. 

Chiffres 2018, conception graphique : 4minutes34.com

Par ailleurs, Sur les 2500 nouveaux événements publiés depuis le début de l’année 2019, plus de 100 ont eu lieu dans un pays africain.

conception graphique : 4minutes34.com

Les usages du calendrier dans les pays du Sud constituent un nouveau défi pour Calenda tant en termes d’évolution technique que du sens de sa mission.

Consulter la première partie de l’article

La troisième et dernière partie de cet article sera publiée la semaine du 28 septembre.

Pour citer cet article: Céline Guilleux, « Calenda, histoire d’une innovation discrète pour les sciences humaines et sociales – 2/3 », in Le carnet de Calenda, mis en ligne 21/09/2020, https://calendablog.hypotheses.org/62.

2 réponses sur « Calenda, histoire d’une innovation discrète pour les sciences humaines et sociales – 2/3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search