Categories
Autour de Calenda Billets L'histoire

Calenda, histoire d’une innovation discrète pour les sciences humaines et sociales – 1/3

Ce billet est une republication d’un article initialement paru dans la Lettre de l’InSHS n°66 publiée en juillet 2020 à l’occasion du vingtième anniversaire de Calenda. Il est l’occasion pour l’équipe du calendrier de revenir sur l’histoire de cet outil. Nous remercions chaleureusement toutes les personnes ayant pris le temps de le relire et de nous proposer des corrections mais, bien entendu, les erreurs éventuelles restent les nôtres. Pour une lecture plus conforme aux usages du blogging, nous avons découpé cet article en trois partie. Vous trouverez dans ce billet la première partie. 

Une vocation initiale : partager l’information sur les événements scientifiques

À la toute fin des années 1990, un petit groupe d’historien·ne·s et de sociologues – principalement de l’université d’Avignon – impliqués dans le projet naissant de revues.org font le constat d’un accès très inégalitaire à l’information concernant les événements académiques. La circulation d’appels à contribution, par exemple, reste confinée à des cercles restreints de spécialistes appartenant aux mêmes écoles de pensée et disciplines. Ils et elles proposent alors de s’appuyer sur le développement des usages d’internet pour concevoir un calendrier immédiatement consultable par toutes et tous. L’objectif poursuivi est de partager le plus largement possible des annonces de colloques, de journées d’étude, de bourses, des appels à contribution, des offres d’emploi, la tenue de séminaires, etc. C’est à cette fin que Calenda est créé en 2000. Les événements sont repérés et mis ligne par l’équipe à l’initiative du projet aidée par des doctorant·e·s et des chercheur·e·s bénévoles. 

Un formulaire de suggestion en ligne, ouvert à l’ensemble de la communauté des sciences humaines et sociales, est rapidement créé en 2001. Calenda devient donc un calendrier entièrement contributif pour les chercheur·e·s, alimenté par leurs suggestions à l’aide d’une équipe d’ingénieur·e·s (validateurs·trices, développeurs·ses, etc.). À la logique de partage d’information s’ajoute celle – propre aux contributeur·trice·s du calendrier – de communication scientifique sur les événements qu’ils et elles organisent. 

Ainsi, dès 2001-2003, plus de 800 annonces d’évènements sont mises en ligne chaque année. Il s’agit alors majoritairement de séances de séminaires et de colloques tandis que les appels à contribution représentent une centaine d’événements publiés par an.

Dès le départ le calendrier est pensé pour être un outil le plus utile et le plus simple possible. L’accessibilité du calendrier est une préoccupation à l’œuvre au moment de son passage sous le « logiciel maison » Lodel en 2007/2008. Les pages sont légères. Ce qui a pour conséquence indirecte de limiter la consommation énergétique provoquée par la consultation du calendrier en libre accès. Elles privilégient le format ouvert HTML, toutes les informations importantes de l’événement sont visibles sur la même page.

2003, un nouveau thésaurus pour trouver les événements plus facilement

En 2003, le formulaire de suggestion s’enrichit d’un thésaurus hybride permettant aux contributeurs·trices d’associer des disciplines, des thématiques, des périodes historiques et des aires géographiques à leurs événements. Il se caractérise par sa finesse thématique et disciplinaire. Par la suite, il sera aussi utilisé par Revues.org (devenu aujourd’hui OpenEdition Journals) puis, en 2009, par la plateforme de blogging Hypothèses et, enfin  par la plateforme de livre OpenEdition Books créée en 2013. 

Concernant Calenda, le thésaurus répond à un besoin des lecteurs·trices : celui de trouver plus facilement les événements qui pourraient les intéresser grâce à des recherches plus fines. En effet entre 2000 et 2002, le nombre de nouveaux double. Il passe de 336 événements mis en ligne en 2000 à 879 en 2002. Le nombre de nouveaux événements publiés chaque année connaît ensuite une relative stabilité suivie d’une très forte hausse à partir de 2006.

Figure décrivant l'évolution du nombre d'annonces suggérées et publiées par an entre 2000 et 2010
Karim Hammou, « Calenda et les disciplines scientifiques », L’édition électronique ouverte, juillet 2010.

La dynamique croissante de suggestions s’accompagne de l’émergence d’un nouvel enjeu pour l’équipe de Calenda : sélectionner et valoriser les événements.

Depuis 2008 : l’émergence d’une conception professionnelle du métier de validateur·trice scientifique

En 2008, Calenda reçoit plus de 100 000 visiteurs tous les mois et propose près de 8000 événements mis en ligne depuis sa création. En réponse à cette dynamique de croissance, le calendrier fait peau neuve. Mais surtout, il se professionnalise. Il est dorénavant doté d’une direction scientifique en la personne de Natalie Petiteau, professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon très investie dès la création du calendrier. La validation et la mise en ligne des annonces sont assurées par des rédactrices et rédacteurs engagés à mi-temps. Doté·es d’une très bonnes connaissances des sciences humaines et sociales, de l’édition et plus largement de la vie scientifique, ils et elles mettent leurs connaissances des cultures professionnelles propres à ce milieu au bénéfice de la validation des événements et des évolutions de Calenda.

La professionnalisation de Calenda s’inscrit dans le mouvement d’institutionnalisation et de reconnaissance du projet porté par le Centre de l’édition électronique ouverte (Cléo), unité mixte de service créée en 2007. En effet, 2009 est une année charnière. Calenda publie ainsi son 10 000e événement tandis que le Cléo devient une unité mixte de services du CNRS, de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), de l’université de Provence et de l’université d’Avignon. 

Dans le cadre d’un financement par la TGE Adonis, 2009 voit aussi la naissance d’un partenariat pérenne entre Calenda et LienSocio, qui déploie depuis 2001 un service analogue en sociologie. Les événements publiés sur LiensSocio sont reversés sur Calenda. En outre, tous les nouveaux événements publiés sur Calenda en sociologie sont également publiés sur LienSocio.

Capture d'écran du site LiensSocio
Capture d’écran du site LiensSocio

Dans le même temps, l’équipe de Calenda mène un travail de formalisation de ses activités. En effet, la hausse du nombre d’événements suggérés rend plus saillante la nécessité de sélectionner ceux qui seront mis en ligne. Ainsi, sous l’impulsion de Delphine Cavallo, alors rédactrice en chef de Calenda, la sélection constitue un travail à part entière mené par ce qui devient des « validateurs·trices scientifiques », recruté·e·s en majorité parmi des doctorant·e·s et/ou de jeunes docteurs ou des personnes ayant un parcours dans l’édition et la communication scientifiques. La plateforme formalise et confirme son périmètre éditorial et scientifique : Calenda a pour vocation la publication d’annonces à caractère scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales, comptant une majorité de chercheur⋅e⋅s et de personnels de recherche parmi leurs intervenant⋅e⋅s et s’adressant prioritairement à la communauté scientifique. En cas d’incertitude, l’équipe de Calenda peut se reposer sur le conseil scientifique, constitué officiellement en 2010, pour arbitrer sur l’inscription de l’événement dans le périmètre scientifique de Calenda. 

À la validation scientifique, s’ajoute une activité d’édition proprement dite centrée sur les  corrections ortho-typographiques, le stylage, l’enrichissement documentaire mais aussi sur la structuration et la qualité des métadonnées produites par le calendrier. La professionnalisation du calendrier associée à une montée en qualité et en finesse de ses métadonnées contribuent à l’émergence d’une nouvelle fonction de Calenda comme archive de la vie des sciences humaines et sociales.

Retrouvez la deuxième partie de cet article la semaine du 21 septembre.

Pour citer cet article: Céline Guilleux, « Calenda, histoire d’une innovation discrète pour les sciences humaines et sociales – 1/3 », in Le carnet de Calenda, mis en ligne 10/09/2020, https://calendablog.hypotheses.org/39.

2 replies on “Calenda, histoire d’une innovation discrète pour les sciences humaines et sociales – 1/3”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.