Catégories
Billets Entretiens

Des deux côtés de l’interface : parcours d’une utilisatrice devenue validatrice scientifique sur Calenda

Dans cette interview, Sarah Zingraff, validatrice scientifique et utilisatrice du calendrier, aborde la question de la médiation en sciences humaines et sociales, de l’ouverture des connaissances à différents publics ainsi que les nouveaux formats d’événements en ligne.

Avec ce billet, nous inaugurons un nouveau format sur le Carnet de Calenda : celui de l’interview. Notre cobaye est Sarah Zingraff, validatrice scientifique arrivée au sein de l’équipe en septembre 2021 à mi-temps. Sarah est aussi utilisatrice du calendrier depuis plusieurs années dans le cadre de ses travaux de recherche et de son activité professionnelle !  C’était donc l’opportunité de vous proposer un point de vue original et situé sur Calenda. Durant cette interview, en plus de ses propres usages, Sarah aborde la question de la médiation en sciences humaines et sociales, de l’ouverture des connaissances à différents publics (y compris via la question de l’accessibilité et pas uniquement web) ainsi que les nouveaux formats d’événements en ligne. N’hésitez pas à partager, en commentaire du billet, votre propre expérience autour de ces différentes questions et vos usages du calendrier. 

Tu es arrivée comme validatrice scientifique sur Calenda pour un remplacement de quelques mois en septembre 2021. Peux-tu te présenter ?

J’ai soutenu une thèse en histoire de l’art médiéval il y a sept ans, dont le sujet portait sur la question des bijoux et des accessoires de parure étudiés à partir de leurs représentations, en relation avec les autres sources. Les accessoires de parure, même orfévrés, possèdent une place à part dans l’histoire de l’art, car ces objets ne sont pas considérés comme faisant partie des « arts majeurs ». 

Suite à ma thèse, j’ai souhaité orienter mon parcours professionnel vers les métiers de la conservation et de la valorisation du patrimoine, qui me permettaient à la fois de continuer à mener des recherches en histoire de l’art (étude des collections muséales et recherches dans les archives) tout en possédant un aspect de transmission du patrimoine culturel auprès d’un public large, ce qui m’avait un peu manqué à la fac. La médiation autour des résultats de la recherche en sciences humaines et sociales est, pour moi, un facteur important de compréhension de la société et du monde qui nous entoure, et j’avais besoin de ce contact avec différents types de publics, aux problématiques de vie variées et avec des rapports divers quant à la culture.

J’ai ainsi continué à travailler dans le secteur de la médiation culturelle tout en effectuant  des recherches pour rédiger des synthèses historiques en lien avec des monuments, préalablement à leur restauration. J’interviens également ponctuellement dans plusieurs écoles d’art pour donner des cours d’histoire de l’art ou liés à la culture visuelle. Mes centres d’intérêt sont à cheval entre plusieurs domaines. Aborder le thème des accessoires de parure, par exemple, revient à s’intéresser à des questions d’ordre sociologique ou d’anthropologie historique. De même, un bijou est un objet « multi-catégoriel » : il est généralement classé parmi les objets d’art, alors qu’il relève tout aussi bien des champs de la sculpture, de la peinture – lorsqu’il est recouvert d’émail ou de pierres multicolores, voire aussi de l’architecture, si l’on prend en considération les décors de certains bijoux de la fin du Moyen Âge. Je pense aussi que le fait d’avoir réalisé une thèse d’histoire de l’art au sein d’un labo d’archéologie a eu un impact sur ma façon d’appréhender ces objets. Bref, c’est un sujet qui a du mal à rentrer dans des cases, il est un peu à mon image !  

Est-ce que tu étais déjà utilisatrice du calendrier avant d’intégrer l’équipe de Calenda ? 

Tout à fait. J’ai même participé à des événements scientifiques qui ont été publiés sur Calenda comme le colloque Orfèvrerie gothique en Europe.

Capture d’écran de l’événement Orfèvrerie gothique en Europe. Production et réception


J’ai principalement deux utilisations de la plateforme. Une utilisation de veille sur mes sujets de recherche (avec un abonnement  à la lettre d’OpenEdition, une recherche par mots-clés sur le moteur de recherche d’OpenEdition),  ainsi qu’une veille en mode “doom scrolling”, où je peux cliquer sur des titres qui m’interpellent, par sérendipité. Il m’arrive aussi de diffuser des infos qui pourraient intéresser des collègues. À mes heures perdues, j’apprécie d’avoir un aperçu de ce sur quoi travaillent les chercheurs en SHS. C’est très intéressant de remarquer des évolutions au cours des années. Par exemple, récemment, je vois toute une génération de jeunes chercheurs, dans différentes universités, qui organisent des événements en lien avec la question du médiévalisme.

Est-ce que tu as utilisé Calenda durant ta thèse ? 

Oui, mais moins qu’à l’heure actuelle. D’une part, quand j’ai démarré mes recherches, je n’avais pas encore internet à domicile. Ensuite, la présence des documents en ligne s’est accrue au fil des années. Je continue à faire des recherches dans le cadre de mon activité de chercheuse indépendante et de guide conférencière.

Sarah, pendant une visite en tant que guide, à la préfecture des Bouches-du-Rhône. Avec l’aimable autorisation de Philippe Delahautemaison.

Généralement, lorsque j’effectue une requête sur mon moteur de recherche, les résultats qui sortent sont souvent ceux d’OpenEdition (Journals, Books, Hypothèses ou Calenda). 

J’ai aussi déjà participé à des colloques dont j’ai trouvé l’annonce sur Calenda ou qu’on m’avait transféré.

Y compris des événements éloignés de ton champ disciplinaire ?

Dans la majorité des cas, ma présence physique comme auditrice lors des événements scientifiques est corrélée à mon emploi du temps professionnel. C’est assez compliqué de se rendre à une journée d’étude ou un colloque qui est organisé à plus de 100 km et/ou en semaine. J’observe un vrai changement avec l’organisation d’événements en ligne, qui ont parfois lieu en soirée ou à l’heure de la pause déjeuner. Cela me permet d’assister à bien plus d’événements. Mais la contrepartie est que cela demande une attention mentale constante. Ce n’est pas très confortable d’assister à une dizaine d’événements en ligne sur une semaine. C’est aussi assez frustrant, car les moments informels sont supprimés. Il n’est plus possible de demander une information particulière à un ou une spécialiste, qui concerne un autre domaine que celui abordé lors de l’événement. On perd aussi toutes ces discussions qui découlent de l’émulation intellectuelle créée par la rencontre scientifique : une fois qu’on a cliqué sur la petite croix en haut de l’écran, on a complètement changé d’univers, alors qu’on a parfois encore envie de débattre et d’échanger entre collègues sur certains points abordés.

Comment as-tu découvert Calenda ?

Je l’ai découvert à la fac, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), il y avait en libre-service un petit fascicule de présentation que j’ai pris et, comme je conserve pas mal de choses,  le voilà !

J’étais à la fin de ma première année de thèse, ça devait être en  2008-2009.

Est-ce que tu étais utilisatrice des autres plateformes d’OpenEdition ? 
Tout à fait [cf. supra]. Les plateformes OpenEdition Books et Openedition Journals me permettent d’avoir accès au contenu d’ouvrages et d’articles en ligne, de même pour les articles. Pour préparer les vidéos et les visites de l’exposition Marseille l’italienne, qui se tient en ce moment aux archives municipales de Marseille, ces ressources ont été extrêmement précieuses.

C’est magnifique d’avoir accès à toutes ces informations sérieuses à portée de clic.

Parfois, je tombe sur des carnets de chercheurs très stimulants, mais ils ne sont pas tous à jour. Je me suis posée la question d’en ouvrir un pendant que j’effectuais mes recherches en pensant que ça m’inciterait à rédiger, à mettre en forme mes idées. J’étais alors en fin de thèse, en travaillant à temps plein. Ma priorité était alors de terminer mes travaux et j’avais peur que cette entreprise ne soit chronophage.

Et tu voudrais en ouvrir un aujourdhui ?

J’aurais besoin de bien caler ma ligne éditoriale, car je la souhaiterais être à la croisée des champs du patrimoine, de l’histoire de l’art, de la culture visuelle et de la création. Il faudrait que tout cela rentre dans le périmètre des possibles. 

Photographie du bureau de Sarah. On y voit ses précieux stabilos, sa tasse où il est écrit j'en peux plus de moi et le manuel des règles typographiques de l'imprimerie nationale. Son écran est allumé sur une page d'édition d'annonce de Calenda
L’environnement de travail de Sarah. Photographie par Sarah Zingraff CC0

Est-ce que tu peux nous décrire la manière dont tu conçois ton travail sur le calendrier ? 

Il consiste à trier une information brute – même si certains contributeurs se sont adaptés à notre façon de publier et suggèrent des annonces déjà parfaites – pour rendre les informations lisibles au premier coup d’œil pour qui voudrait les lire. Et pour optimiser l’indexation. Nous menons des réflexions sur les règles ortho-typographiques, sur l’usage du point médian par exemple, car c’est une question d’actualité inévitable aujourd’hui. 

En devenant validatrice, est-ce que ta représentation de Calenda a changé ? En quoi ? 

Pas vraiment, non. Je suis contente d’apporter ma pierre à l’édifice. Je n’avais pas conscience de la dimension participative de Calenda. Nous sommes entrés dans l’ère du  « collaboratif » et Calenda en est un bel exemple. 

En travaillant sur Calenda, je n’imaginais pas devoir aborder la question de l’accessibilité d’un site Internet. C’est vraiment un point très important, qui me satisfait personnellement. Par exemple, dans le domaine des musées, il y a eu récemment toute une polémique autour des cartels rédigés en ayant recours au langage facile à lire et à comprendre (FALC). Le fait, par exemple, d’écrire « Louis 14 » a fait un tollé alors que cela est destiné à un public spécifique. Tout cela est sorti de son  contexte et est lié à une méconnaissance des missions des musées. De même, il est très important de réfléchir à l’accessibilité d’un site Internet.

Les choses ont peut-être évolué depuis que j’ai été étudiante, mais j’ai quand même le sentiment que les problématiques spécifiques des étudiants en situation de handicap ne sont pas toujours prises en compte.

Est-ce que tu aurais des conseils à donner aux lecteurs et lectrices ou aux contributeurs et contributrices ? 

Je conseille d’utiliser Calenda tout court, d’aller regarder ce qui s’y passe et de « scroller utile » ! Beaucoup de problématiques sociales ancrées dans l’actualité sont couvertes par les chercheurs en SHS. On peut citer par exemple les thèmes concernant la santé et le covid aujourd’hui.

Si tu avais le pouvoir d’ajouter magiquement une fonctionnalité ou de modifier quelque chose, se serait quoi ?

Ce serait de pouvoir mettre des images ! Mais le côté brut a  aussi un grand avantage, on ne se perd pas dans le marketing visuel. 

Autre chose ?

Je suis contente que la ligne éditoriale de Calenda garde une certaine souplesse et ouverture quant à la nature des intervenants et des événements qui peuvent être publiés sur le calendrier. En effet, certaines réflexions doivent être menées en commun  avec des acteurs qui ne sont pas toujours issus des institutions relevant du monde académique, mais qui permettent de faire avancer la recherche sur le terrain.

Je pense également que c’est une excellente chose que le prochain projet sur lequel je vais devoir travailler concerne la question des licences Creative Commons pour les contributeurs1. En effet, les annonces sont souvent soumises par des jeunes chercheurs, ou des personnels des universités qui sont docteurs, qui travaillent en tant que bibliothécaires, etc., qui alimentent Calenda en rédigeant des appels à contributions, et dont le travail n’est pas assez reconnu.

L’interview a été menée par Céline Guilleux le 7 décembre 2021 puis a été relue par Sarah Zingraff et Lucie Choupaut. 

Pour citer cet article: Céline Guilleux, « Des deux côtés de l’interface : parcours d’une utilisatrice devenue validatrice scientifique sur Calenda », in Le carnet de Calenda, mis en ligne 16/12/2021, https://calendablog.hypotheses.org/303.
  1. Depuis le début de l’année 2021, OpenEdition mène un travail de clarification des conditions de réutilisation des contenus publiés sur ses quatre plateformes (OpenEdition Books, Openedition Journals, Hypothèses et Calenda) via la mise en œuvre d’une politique d’attribution de licence Creative Commons (CC). Pour Calenda, l’objectif pour 2022 est que les événements puissent être publiés sous une mention CC0 ou sous une licence CC BY, cette dernière permettant d’indiquer un ou plusieurs auteurs·trices à un argumentaire. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search