Catégories
Actualités Analyses Vingt ans

Calenda, vingt ans d’événements en sciences humaines et sociales. L’argumentaire de la journée d’étude.

[Update au 08 juillet 2021: Suite à des mouvements au sein de l’équipe de Calenda, il a été décidé de reporter cette journée du 3 novembre 2021 eu 2 juin 2022]

2020 a marqué le vingtième anniversaire de Calenda, calendrier contributif en ligne d’événements en sciences humaines et sociales, développé par OpenEdition (UMS 2004, CNRS, Aix-Marseille Université, EHESS, Avignon Université). À cette occasion, le conseil scientifique du calendrier et l’équipe d’OpenEdition s’associent pour organiser une journée d’étude, le 2 juin 2022 2021 à Marseille, afin de réfléchir aux possibilités de réflexivité sur les sciences humaines et sociales que représente Calenda. Cette journée sera intitulée Calenda, vingt ans d’événements en sciences humaines et sociales. Un calendrier au service de la réflexivité sur la recherche en train de se faire.

Dans ce billet, nous vous invitons à prendre connaissance de l’argumentaire et de la problématisation qui constitueront le fil directeur de cette journée. 

En effet, chercheuses et chercheurs, étudiantes et étudiants ont su se saisir de cet outil pour diffuser largement – et au-delà de leurs cercles disciplinaires – l’information sur l’organisation de leurs événements. Ainsi, près de 4000 nouveaux événements sont suggérés chaque année, en moyenne, sur le calendrier. L’année 2020 a enregistré plus d’un million de visiteurs. Si la France représente plus de 50 % des visites, la plateforme connaît, depuis plusieurs années, une fréquentation internationale croissante, en particulier de la part des pays africains et du Maghreb francophones.

Ces événements, classés par type (appel à contribution, colloque, séminaire, journée d’étude…), par disciplines ou par thèmes, par langues, sont tous consultables à des URLs pérennes et forment une archive précieuse qu’il est possible d’explorer facilement via différents moteurs de recherche (celui propre à Calenda, Isidore ou encore celui d’OpenEdition). 

Pourtant, les possibilités d’analyse qu’offrent les plus de 45 000 événements, publiés ces vingt dernières années, ont été, jusqu’à présent, peu explorées. C’est pourquoi, cette journée d’étude invite à se questionner sur ce que Calenda peut dire, à travers le prisme des événements publiés sur le calendrier, sur ce que sont les sciences humaines et sociales aujourd’hui et les transformations qu’elles connaissent.

Pour atteindre cet objectif, une première table ronde sera consacrée à la fonction d’archive des événements que revendique Calenda et aux manières dont elle pourrait être exploitée. 

Ces dernières années, l’équipe de Calenda a relevé des usages croissants du calendrier dans les pays des Suds. Ces usages débouchent-ils sur une circulation moins asymétrique des savoirs entre Nords et Suds ? Cette question fera l’objet d’une seconde table ronde. 

De manière plus générale, les usages, émergents ou pré-existants de Calenda, méritent une attention renouvelée et un bilan de nos connaissances à leurs sujets. Une troisième table ronde interrogera donc les interactions réciproques entre les logiques de développement de Calenda, les choix techniques effectués et ses usages.

L’ultime table ronde, proposée dans le cadre de cette journée d’étude, fera un pas de côté vis-à-vis du calendrier lui-même et prendra la forme d’une discussion autour des formes numériques du travail dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Table ronde 1. Archiver les sciences humaines et sociales en train de se faire ?

Depuis sa création, Calenda assume deux fonctions principales. La première, celle de calendrier, est la plus évidente. Ainsi, Calenda a été conçu pour que son lectorat puisse trouver facilement des événements les intéressant selon des filtres par thématiques, par langues, etc. Sa deuxième fonction, plus méconnue, est celle d’archive des événements en sciences humaines et sociales. Elle se traduit par plusieurs pratiques éditoriales : les URLs des événements sont pérennes ; une fois passés, les événements ne sont pas dépubliés et restent disponibles sur le site qui affiche, par exemple, des filtres de recherche par année ; nous ne transformons pas les appels à contribution en programme de colloques, etc. Au sein du conseil scientifique, un des principes guides est de publier les événements quelles que soient les écoles de pensée afin d’être aussi fidèle que possible à ce que sont les sciences humaines et sociales à un moment donné. Pour autant, peu de travaux se sont saisis des possibilités – ou ont analysé les limites – d’archives proposées par Calenda. Quelle est l’utilité pour les professionnel·le·s des sciences humaines et sociales de cette archive ? Avec quelles limites ? Comment faciliter la mise en œuvre de travaux de recherche à partir de cette fonction d’archive ?

Table ronde 2. Circulations de savoirs et asymétries Nords / Suds

Parmi les faits saillants que pourraient mettre en lumière une analyse de l’activité de publication du calendrier, se trouve l’élargissement géographique et géopolitique de l’appropriation de Calenda par certains pays des Suds. Ainsi, plus d’une visite sur quatre se fait, aujourd’hui, depuis le continent africain. Un nombre croissant d’événements publiés sur la plateforme a par ailleurs lieu sur ce continent.

À l’origine de la création de Calenda, existait le souhait d’élargir la diffusion de l’information sur les événements scientifiques au-delà des frontières disciplinaires, et la volonté de permettre à des personnes situées à la périphérie des cercles de production des savoirs d’y accéder plus facilement. Plus récemment, le développement de politiques de science ouverte inscrit le libre accès aux données et publications de la recherche comme un objectif central. Il porte également sur le devant de la scène l’enjeu d’une meilleure diffusion et visibilité des connaissances produites aux Suds dans un système mondial de la recherche inégalitaire. L’année dernière, l’équipe de Calenda participait au premier colloque international consacré à la science ouverte aux Suds, ayant donné lieu à une déclaration sur le partage et l’ouverture des données de la recherche pour le développement durable.

Le but de cette table-ronde sera de réfléchir à la place de Calenda dans ces processus de circulation des savoirs et d’asymétries Nords/Suds, à travers les questions suivantes : Calenda facilite-t-il la circulation des savoirs, et en quels termes ? Quel rôle cette plateforme joue-t-elle dans les asymétries Nords / Suds qui se déploient dans les univers de la recherche ? Quelles évolutions techniques et éditoriales pourrait-on imaginer pour que le calendrier contribue mieux à réduire ces asymétries ?

Table ronde 3. Calenda, quelle logique technique pour quels usages ? 

Si la mission première de Calenda est de favoriser la diffusion de l’information sur les événements scientifiques, les pratiques réelles de lecture et de consultation du calendrier sont peu connues. Le Lab, service de recherche et développement d’OpenEdition, a pourtant mené plusieurs travaux à ce sujet. Cette table ronde sera l’occasion de revenir sur leurs résultats et de les mettre en discussion avec des recherches existantes sur les relations entre usages, choix techniques et logiques sociales menées, par exemple dans le champ des sciences de l’information ou de la sociologie des usages. 

De par sa conception et son fonctionnement, Calenda favorise mais, aussi, limite certains usages plutôt que d’autres. À titre d’exemple, Calenda revendique de ne pas être un site d’actualités mais un calendrier. Les événements sont donc trouvables selon des facettes ou des outils de recherche répondant à une logique calendaire (événements ayant lieu ce mois-ci, ces jours-ci, etc.) et pas à une logique de communication (institutions organisatrices, événement actualisé). Comment mettre à jour – y compris de manière critique –  les logiques sociales et les choix implicites derrière les caractéristiques techniques du calendrier ? Que peuvent nous apprendre les expériences des plateformes équivalentes ? Repenser ces implicites permettrait-il de mieux valoriser les potentialités du calendrier ? 

Table ronde 4. Transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche et formes numériques du travail

L’année 2020 a vu d’importantes transformations du travail au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Parmi les plus évidentes, nous pouvons citer l’essor de dispositifs de conversation scientifique et d’enseignement dits à distance résultant de l’épidémie de Covid-19. Mais il prend place dans une dynamique plus ancienne de précarisation croissante de la recherche publique. L’objectif de cette table ronde sera de questionner la place occupée par les formes numériques du travail dans l’enseignement et la recherche en s’intéressant aux tâches effectuées par les validateurs/trices du calendrier mais aussi par les contributeurs/trices qui suggèrent des événements au calendrier. La réflexion menée autour de Calenda pourra être étendue à d’autres outils de communication scientifique numériques. Que nous disent les usages du calendrier de la course à la visibilité engagée par les chercheurs et les institutions ? Si la création d’outils de diffusion et de communication scientifiques participe à la mise en œuvre de valeurs liées aux sciences ouvertes, quels moyens humains et financiers l’accompagnent ? Quelle reconnaissance et quelle (in)visibilité le travail nécessaire à la mise en place de ces dispositifs reçoit-il ?

Cette journée d’étude embrasse l’ensemble du spectre disciplinaire des sciences humaines sociales. Elle s’adresse à l’ensemble des acteurs et actrices de la recherche en sciences humaines et sociales, utilisant ou non Calenda, intéressé·e·s plus généralement par une activité réflexive sur leurs conditions et pratiques de recherche.

Cet argumentaire a été rédigé par

  • Karim Hammou, président du conseil scientifique de Calenda, sociologue, chargé de recherche au CNRS, Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris
  • Elsa Zotian, – responsable du service Événements scientifiques – OpenEdition
  • Céline Guilleux – rédactrice en chef de Calenda et chargée de validation à OpenEdition

Un programme de la journée et des modalités de participation seront prochainement publiés sur le calendrier. 

Pour citer cet article: Céline Guilleux, « Calenda, vingt ans d’événements en sciences humaines et sociales. L’argumentaire de la journée d’étude. », in Le carnet de Calenda, mis en ligne 15/04/2021, https://calendablog.hypotheses.org/195.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.