Catégories
Analyses Billets Les données

Observer les effets de l’épidémie de covid19 sur la vie scientifique depuis Calenda

Ce billet propose une analyse des mutations des événements scientifiques engendrées par l’épidémie de Covid19 et les différentes mesures de confinement prises en 2020.

Calenda constitue un observatoire privilégié des changements en cours tant par la masse d’événements traités quotidiennement que par le travail de relecture et de rubriquage1 effectué par l’équipe. Quelles ont été nos observations au cours de l’année 2020 ? Elles sont principalement de deux ordres : une diminution massive du nombre d’événements au premier semestre, puis, à partir du mois de septembre, une adaptation des organisateurs·trices d’événements avec le développement de formats numériques.

Calenda, un observatoire de la vie scientifique avec des limites

Comme nous l’expliquions dans les billets du carnet consacrés à l’histoire de Calenda (première partie, deuxième partie, troisième partie), la plateforme assume deux fonctions principales : celle de calendrier collaboratif et celle d’archive des événements en sciences humaines et sociales. Depuis sa création, Calenda a publié plus de 45 000 événements qui sont suggérés par les responsables de leur organisation. Entre 2014 et 2019, cela représente en moyenne 332 nouvelles suggestions d’événements par mois. Il s’agit principalement d’appels à contribution (39.3 %) et de programmes de colloques, de journées d’étude, de cycles de conférences et de séminaires (47.5 %).

Répartition des événements par « type » depuis 2009
Source : ce tableau est issu des indicateurs de pilotage internes d’OpenEdition. N.B. : le type Revues.org correspondait à des annonces de création de revue d’OpenEdition – alors  Centre pour l’édition électronique ouverte – ou de mise en ligne de numéro. Ce qui n’est plus annoncé aujourd’hui.

Cependant, la représentativité des événements publiés sur Calenda montre plusieurs limites. Ainsi, toutes les disciplines ne sont pas représentées de manière équivalente. L’histoire et la sociologie sont, de la sorte, sur-représentées. En 2019, ces deux disciplines constituaient la catégorie principale de 40.4 % des événements mis en ligne depuis la création du calendrier. D’autres domaines de connaissance et thématiques sont, à l’inverse, sous-représentés tels que le droit et l’économie. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce déséquilibre. Tout d’abord, le calendrier est né de l’initiative d’historien·ne·s et de sociologues qui ont contribué, de manière privilégiée, à la visibilité du calendrier dans leurs propres réseaux professionnels. Certaines disciplines disposent d’autres outils spécialisés équivalents. C’est, par exemple, le cas de Fabula dans le domaine de la littérature. Par ailleurs, certaines disciplines privilégient l’anglais dans leurs usages professionnels, par exemple inomics en économie, alors que Calenda, bien que multilingue, publie des événements majoritairement francophones. Mais même en histoire et en sociologie, tous les organisateurs·trices d’événements ne suggèrent pas leurs événements sur Calenda. 

Par ailleurs, Calenda dispose d’un périmètre scientifique clairement délimité qui consiste à mettre en ligne des événements par et pour la communauté des professionnels en sciences humaines et sociales. De sorte que les manifestations culturelles ou relevant du débat politique en sont exclues y compris lorsqu’elles impliquent plusieurs chercheurs ou chercheuses. Les conférences isolées (une séance unique) avec un⋅e seul·e intervenant⋅e et les annonces de soutenances de thèse ne sont pas non plus publiées.

Les analyses proposées ici sont donc à situer dans le cadre de ces limites et de ces bornes. Pour autant, Calenda reste un observatoire pertinent de la vie scientifique en train de se faire, en premier lieu en France, et dans une moindre mesure à l’international avec la francophonie.

Mars 2020 : premier confinement et coup d’arrêt brutal

L’activité du calendrier est marquée par une très forte saisonnalité. Traditionnellement, le printemps (en particulier le mois de mai) et l’automne (en particulier le mois d’octobre) sont les périodes qui enregistrent le plus grand nombre de suggestions d’événements et les délais de mise en ligne les plus longs. En 2020, l’annonce de la mise en œuvre d’un premier confinement le 16 mars a marqué un coup d’arrêt à l’activité du calendrier. En effet, au mois de mars de cette année, le calendrier n’a reçu que 170 suggestions, soit 225 événements de moins que l’année précédente (ce qui correspond à une baisse d’environ 50 %). Une diminution aussi brutale du nombre de nouvelles suggestions est un phénomène inédit sur Calenda, phénomène qui s’est maintenu au cours des mois suivants comme le met en avant le graphique suivant.

Données issues des indicateurs de pilotage internes d’OpenEdition. N.B : les données pour décembre 2020 n’étaient pas encore disponibles au moment de la publication du billet

Le décrochage observé à partir de mars tend à se réduire dès le mois de juin – le confinement s’étant terminé le 11 mai – pour disparaître au mois d’août, mois de l’année habituellement le plus calme. 

Les colloques et les journées d’études ont été particulièrement affectés par le confinement. En effet, si nous ne prenons que ces deux types d’événements, nous constatons une diminution subite et importante de leur part dans l’ensemble des événements mis en ligne.

Données issues des indicateurs de pilotage internes d’OpenEdition

Ainsi, alors qu’en mai et juin 2019, les journées d’étude et les colloques représentaient respectivement 30,8 % et 38,5 % des événements mis en ligne, en 2020, cette part chute à 4 et 6 %. Par ailleurs, parmi les colloques et les journées d’étude mis en ligne, il est probable que, dans les faits, un nombre conséquent aient été annulés ou reportés. Ces annulations et reports sont difficiles à évaluer de manière quantitative. Si certaines nous ont été signalées par les responsables de l’organisation des événements, la plupart des événements sont restés en ligne tels quels.

Automne 2020 : une reprise en demi-teinte de l’activité du calendrier

Le mois de septembre 2020 marque une reprise de l’activité du calendrier en demi-teinte puisque le nombre de nouveaux événements reste bien en deçà de ce qui aurait pu être attendu en temps normal. 217 événements sont ainsi suggérés, soit 38,5 % de moins qu’en septembre 2019. Cette situation se poursuit les mois suivants. 242 suggestions d’événements sont enregistrées en octobre (-43 % par rapport à 2019) et 209 en novembre (-36,5 % par rapport à 2019).

Comme le montre le graphique ci-dessus, en 2019, les mois d’octobre et de novembre sont ceux où se sont tenus le plus d’événements de type « colloque » et « journée d’étude ». Et ce constat serait identique pour les années précédentes. Les colloques et les journées d’étude se caractérisent par la réunion dans un même moment et dans un même lieu de plusieurs intervenant(e)s et d’un public d’auditeurs et d’auditrices autour d’une problématique commune. Les cycles de conférences et de séminaires publiés sur Calenda entrent aussi dans ce cadre. Ce sont des événements éminemment collectifs. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient été plus affectés que les appels à contribution par les dispositifs de confinement. Or, les mois de septembre, d’octobre et de novembre 2020 voient un retour des événements collectifs parmi les événements mis en ligne entre 2019 et 2020. Alors qu’en juin, les événements collectifs ne représentent que 6 % des événements publiés sur Calenda (contre 38,5 % en 2019), ils forment 20 % des événements mis en ligne en octobre 2020 (35 % en 2019). Ce taux monte à 24,4 % en novembre (contre 36,5 % en 2019).

Malgré une diminution de la part des événements traditionnellement en présentiel, leur maintien relatif reste surprenant dans le contexte de décision de mise en place d’un deuxième confinement à la fin du mois d’octobre et d’une rentrée universitaire marquée par les incertitudes sanitaires. Manifestement, ce deuxième confinement ne produit pas les mêmes effets que le premier. Quelles ont donc été les adaptations mises en place par les responsables de l’organisation des événements entre temps ? Nous allons désormais discuter de la cohabitation entre deux modalités de tenue des événements : le « distanciel » et le « présentiel ».

De nouvelles modalités d’organisation : les événements en ligne

La rentrée universitaire de septembre 2021 se caractérise par l’essor du nombre d’événements en ligne. En comparaison du premier semestre 2020, les responsables d’événements ont su adapter le format de leurs rencontres au contexte sanitaire. Ainsi, au mois de novembre, plus de la moitié des événements de type « colloque » ou « journée d’étude » proposent explicitement des modalités de tenue en ligne.  Ainsi, l’annonce d’un deuxième confinement en France le 28 octobre 2020, n’a pas entraîné d’annulations ou de reports massifs de ces événements. Quasiment tous les événements suggérés sur Calenda, y compris les appels à communication, à cette période, mentionnent la possibilité d’interventions en ligne en cas de changement dans la situation sanitaire voire sont, dès le départ, prévues pour être en ligne.

Ces nouvelles modalités de diffusion numériques permettent de : 

Cette troisième possibilité est notamment illustrée par le dernier colloque #dhnord intitulé La mesure des images : approches computationnelles en histoire et théorie des arts. L’exemple de ce colloque est particulièrement intéressant du point de vue de l’enrichissement documentaire. Les interventions sont directement disponibles et accessibles dans le texte de l’annonce publiée sur Calenda. Dans le cadre d’une utilisation de Calenda comme archive des événements, cette possibilité permet aux lecteurs et lectrices d’accéder directement au contenu scientifique d’un événement passé et, éventuellement, de s’y référer pour leurs propres recherches.

L’écriture de ce billet a été l’occasion, pour l’équipe du calendrier, de faire le bilan de l’impact du Covid19 sur l’activité de Calenda en 2020. L’étape suivante sera de se questionner sur les besoins d’adaptation de notre outil. Par exemple, comment signaler aux mieux au niveau des métadonnées les événements en ligne ? Comment faire apparaître cette modalité aux côtés des lieux physiques ? Doit-on créer de nouvelles catégories d’événement comme celle de « webinaire » ?

Mais ce billet laisse aussi de côté plusieurs interrogations qui mériteraient de plus amples développements. Nous n’abordons pas l’apparition dans les thématiques des événements de la question épidémique, apparition qui pourrait être mise en lumière via une analyse de la fréquence des termes « épidémie », « pandémie », ou encore « covid19 » dans les titres et sous-titres. Par ailleurs, la généralisation des dispositifs en ligne nécessiterait des analyses approfondies sur ses conséquences pour la conversation scientifique. S’ouvre-t-elle à un public inattendu ou plus large2 ? Le « distanciel » participe-t-il vraiment, et dans quelles conditions, à favoriser la science ouverte ? L’apparente disparition des moments de discussion informelle est-elle compensée par l’usage de nouveaux outils ?

À ce sujet, comme sur l’ensemble du billet, nous vous invitons à faire part de vos expériences en matière d’événements en ligne en commentaire.

Pour citer cet article: Céline Guilleux, « Observer les effets de l’épidémie de covid19 sur la vie scientifique depuis Calenda », in Le carnet de Calenda, mis en ligne 16/12/2020, https://calendablog.hypotheses.org/129.
  1. Par rubriquage, nous entendons le fait d’améliorer la structuration des informations données dans le texte des événements en ajoutant des rubriques telles que “argumentaire” ou “modalités de participation”, etc. []
  2. Les événements diffusés en ligne conservent le plus souvent des conditions d’accès restreintes et un nombre limité de participants []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.